BIENVENUE dans un univers de bien-être

L'eau du robinet contient des pesticides et des nitrates

Quelle eau boire Bouteilles en plastique ou Eau du robinet

L'eau du robinet contient des pesticides et des nitrates

Les pesticides dans l'eau du robinet

Source Notre planete.info

plus de 90 % des cours d'eau en France sont contaminés par des pesticides, pesticides que l'on retrouve ensuite dans l'eau du robinet, comme en témoigne une analyse urinaire de détection du glyphosate effectuée en 2019 chez une personne qui ne mange que des produits bio mais boit de l'eau du robinet. Ses résultats ont montré une contamination assez élevée en glyphosate.

Un rapport publié mi-juin 2020 par Générations Futures montre la difficulté et les limites dans la détection de pesticides dans l'eau du robinet en France. Par exemple, dans l’Aisne, une dizaine de pesticides sont recherchés, alors que dans les Bouches-du-Rhône, ce sont plus de 550 pesticides différents qui ont été recherchés dans chaque prélèvement ciblant les pesticides, ce qui fausse grandement les résultats.

Cela dit, sur les pesticides recherchés, le travail d’analyse des données de Générations Futures montre que 35 % des analyses réalisées en France détectent des pesticides. Ce sont majoritairement des perturbateurs endocriniens suspectés : 56,8 % des quantifications de résidus de pesticides. Les pesticides ayant des propriétés Cancérogène, Mutagène, Reprotoxique (CMR) sont aussi très présents : 38,5% des quantifications de résidus de pesticides.

Au total, plus des 3/4 des pesticides retrouvés dans l'eau du robinet sont de type CMR ou PE.

« Etant donné le potentiel d’action à faible dose sur le long terme des perturbateurs endocriniens, Générations Futures considère ces données comme inquiétantes car elles attestent d’une exposition continue à des faibles doses de ces PE par l’eau de consommation », explique François Veillerette – Porte parole de l'association.

En outre, les métabolites, nombreux sous-produits toxiques issus des pesticides, ne sont pas pas recherchés, tout simplement par incapacité technique.

Et dans l'eau en bouteille ?

D'après les réponses que nous avons reçues des professionnels des eaux en bouteille et selon une étude de 2015, l'eau en bouteille ne contiendrait pas ou très peu de pesticides : sur 40 marques d’eaux minérales naturelles et d'eaux de source, les 13 000 analyses réalisées montrent que 78 % des échantillons testés ne présentent aucune nano-trace de pesticides et que ceux qui en contiennent ont des teneurs 2 fois inférieures au seuil réglementaire et en moyenne dix fois inférieures à celles observées en moyenne dans l’eau du robinet.
"Pour saisir l’échelle infinitésimale de ces traces, on estime qu’elles représentent des teneurs 200 fois inférieures au seuil maximum admis pour les pesticides dans les produits alimentaires, y compris les produits bio", précise la Fédération Nationale des Eaux Conditionnées et Embouteillées.

Les nitrates dans l'eau potable

En 2015, 61,8 % de la population française disposait d'une eau de distribution avec une concentration maximale en nitrates[1] inférieure à 25 mg/L (Ministère de la Santé, 2016). Autrement dit, 38 % des Français pouvaient boire une eau du robinet avec des valeurs en nitrates comprises entre 25 et 50 mg/l, là où la plupart des eaux en bouteille (eaux minérales naturelles et eaux de source) restent en dessous de 5 mg/l.

Des médicaments dans l'eau du robinet

2 000 principes actifs employés actuellement dans les produits pharmaceutiques à usage humain ou vétérinaire n’ont jamais été évalués. Et plusieurs douzaines de nouveaux principes actifs sont en général homologués chaque année...

Les plus présents sont les hormones, les antidouleurs, les antidépresseurs et les antibiotiques.
Les humains ou les animaux excrètent entre 30 et 90 % de ses composants sous forme de substances actives qui se répandent dans les réseaux d’assainissement ou dans l’environnement. Les stations d’épuration classiques ne sont pas conçues pour supprimer les produits pharmaceutiques et la présence de résidus dans les ressources en eau n’est pas systématiquement contrôlée.

De faibles concentrations peuvent nuire aux écosystèmes d’eau douce et à la santé des humains, étant donné que les produits pharmaceutiques sont conçus pour interagir avec les organismes vivants.

En France, une étude publiée en 2016 par des chercheurs de l'ANSES et de l'Université de Fribourg a mis en évidence la présence de gènes de résistance de la bactérie Escherichia coli dans de l'eau potable.

Or, ces substances chimiques - à l'origine de l'apparition de bactéries résistantes que la médecine ne peut pas traiter - ne sont pas encore réglementées et encore moins éliminées de l'eau du robinet, tout comme un nombre toujours plus important de médicaments qui finissent dans le réseau d'eau potable.

L'eau du robinet altérée par l'état des canalisations

En 2016, l'association Que Choisir publiait une enquête alarmante sur la qualité réelle de l'eau du robinet en ajoutant un critère important : l'état des canalisations qui délivrent l'eau courante et la présence de composants toxiques comme le plomb, le cuivre, le nickel et le chlorure de vinyle. Si l'initiative est louable, elle manque cruellement de points de contrôle comme le souligne Que Choisir : "pour la recherche du plomb, du cuivre, du nickel, du chlorure de vinyle et de l'épichlorhydrine, le prélèvement de l'eau se fait fréquemment au robinet des consommateurs. Par conséquent, leur présence dans une analyse ne signifie en aucun cas que cette pollution affecte l'ensemble du réseau ou de la ville, car elle peut ne concerner par exemple que certains branchements du réseau, certains immeubles ou logements." Ce qui signifie que la qualité de l'eau du robinet dépend principalement de l'état des canalisations en aval, dans notre logement.